Jean Bardoulat
Jean Bardoulat


les membres de l'A.C.A.C.


John Streets, ici avec Christopher Glynn
un peu d'histoire ...

Commencés il y a plus de trente ans, les premiers et modestes concerts étaient plutôt destinés à attirer l’attention de la population et des pouvoirs publics sur la vétusté de nos églises. Cela a eu un certain succès puisque toutes ou presque toutes, sont restaurées de nos jours.

Vers le milieu des années 80, grâce à une forte volonté locale, à des aides techniques et financières de partenaires, notamment le Conseil Général, les services départementaux tels l’ADAM 24 et l’ADDC, et les municipalités, l’A.C.A.C, Association de Coordination et d’Animation Culturelle en Périgord vert, a été créée et le festival Musique en Périgord vert est né.

Un nouvel élan et une inclination nettement très marquée vers la qualité musicale ont été donnés par la grande pianiste Catherine Collard, qui organisait à Piégut, après ses master-classes, des concerts superbes avec ses jeunes élèves. Beaucoup sont devenus par la suite des grands interprètes, comme par exemple, la violoncelliste Sonia Wieder-Atherton.

Jean Bardoulat, qui était la cheville ouvrière de ce festival, a été heureux de trouver une nouvelle Présidente, Jacqueline Lapeyre, aidée des anciens membres fondateurs. Grâce à une organisation rigoureuse et mieux structurée, Musique en Périgord Vert a vu son public s’élargir considérablement. L’amitié d’un très grand pianiste anglais, John Streets, nous a été d’un secours appréciable : ses connaissances en musicologie, son oreille incomparable et son habileté à choisir les programmes sont indiscutables.

Toujours avec l’idée de promouvoir des jeunes interprètes de talent, triés sur le volet, la qualité de nos concerts ne cesse d’augmenter et le nombre de nos fidèles habitués est de plus en plus grand. Si l’église de Saint Estèphe semble s’être spécialisée dans le piano (souvent des concerts de piano à quatre mains), le pied de la Tour, à Piégut-Pluviers, est devenu le domaine du jazz. De plus grands ensembles classiques remplissent la grande nef de l’église de Bussière-Badil. Des ensembles plus confidentiels, mais toujours de grande qualité, se produisent à Busserolles et à La Chapelle-Saint-Robert, dont le pur roman de l’église fait la joie du public. De plus grands ensembles classiques ou des choeurs remplissent la grande nef de l’église de Bussière-Badil. Des ensembles plus confidentiels, mais toujours de grande qualité, se produisent à Busserolles et à St-Barthélémy de Bussière.

Diversité, qualité, jeunes talents, vous trouverez tout cela dans le festival d’été de Musique en Périgord Vert.



découvrez la PROGRAMMATION 2017